C'est ce que l'on peut qualifier de belle affaire que celle récemment mise au jour par les gendarmes de la compagnie de Lodève. Des militaires qui ont découvert une affaire d'extorsion de fonds, d'abus de biens sociaux, de blanchiment et de fraude fiscale. Et qui démarre le 25 mars dernier, lorsque la gérante d'un bar de Saint-André-de-Sangonis dépose plainte en mettant directement en cause le propriétaire des murs qui abrite son fonds de commerce. Par le biais de pressions psychologiques, voire de menaces à peine voilées, la victime aurait été contrainte de remettre, mensuellement, 2.000€ au suspect. Un homme de 61ans et qui agissait avec la complicité de son fils, âgé lui de 45ans.

Six ans d'extorsion

Très rapidement, les militaires, dont ceux de la brigade de recherches, parviennent à déterminer que cet argent remis provenait du chiffre d'affaires de l'établissement. Et que ladite extorsion durait depuis 2009. Le préjudice s'élevant à quelque 150.000€. Une somme à laquelle s'ajoutent 25.000€ retrouvés dans un coffre-fort de l'agence du Crédit Agricole de Clermont-l'Hérault. Il y a, également, ces 105.000€ découverts lors d'une perquisition menée au domicile du sexagénaire et de son épouse, interpellés lundi. De l'argent planqué dans des caches et coffres. Sur place, les enquêteurs ont enfin saisi deux autos : une Mercedes classe E et une Peugeot 3008.